Partager cette nouvelle

    * champs requis

    banner

    Partenariat OneAction

    Les récentes avancées sur le terrain au Kenya

    Le Comptoir Immobilier, partenaire de l’ONG genevoise OneAction soutient le projet novateur de reforestation dans trois zones arides aux climats variés. Compte tenu de la crise sanitaire actuelle, l’Inde poursuit son confinement et Haïti fait face à des troubles sociaux paralysant le déploiement des activités des ONG. Le Samburu au Kenya est par conséquent la première région dans laquelle le projet est initié. Ce modèle de reforestation est innovant puisqu’il regroupera trois volets : les dernières découvertes de la recherche en biogéochimie afin de sélectionner des espèces d’arbres capables de séquestrer le carbone de manière permanente dans les sols (les arbres « oxalogènes ») et de régénérer les sols efficacement ; les techniques agroforestières efficaces afin d’optimiser la croissance et le taux de survie des arbres ; et la transmission de ces techniques au sein des communautés locales.

    L’objectif initial consiste à planter 150’000 arbres dans trois régions particulièrement affectées par le changement climatique.

    Voici un point de situation de OneAction sur les récentes avancées au Kenya :

     

    La préparation des unités mobiles de reforestation au Kenya

    Alors qu’un déconfinement partiel avait été amorcé le 6 juillet, le pays renforce depuis les mesures suite à la recrudescence du nombre de cas de Covid-19, notamment dans la région du Samburu, jusqu’alors relativement épargnée. Cependant, à la fin du mois d’août, l’équipe de terrain a réussi à finaliser l’achat du véhicule idéal pour permettre à l’équipe de reforestation de se rendre dans les villages : un camion 4×4 Hino Motors d’occasion en parfait état. Le projet a ainsi pu officiellement démarrer début septembre 2020 avec la transformation du véhicule. En effet, tel que prévu dans le calendrier, les 6 premiers mois du projet sont consacrés aux préparatifs (aménagement du véhicule pour le transport de l’équipe et des plantons, préparation du matériel de formation théorique, achat des outils de plantation, etc.). Le lancement des activités de reforestation et des formations dans les villages est, quant à lui, prévu pour mars 2021.

    Cela nous semble d’autant plus prudent que, face à l’incertitude de l’évolution de la Covid-19, nous ne pouvons pas prendre le risque de propager le virus au sein des tribus locales à l’heure actuelle. Nous suivrons de près l’évolution de la pandémie ces prochains mois, et espérons que 2021 apportera de meilleures nouvelles et nous permettra de démarrer les formations et les activités de reforestation dans les villages tel que prévu.

     

    Les pépinières

    Au cours des derniers mois, l’équipe sur le terrain s’est concentrée sur le développement et l’entretien de la pépinière, afin d’augmenter sa capacité. En particulier, ont été semées les espèces Moringa stenopetala, Croton megalocarpus, Olea africana, Vitex keniensis, Tamarindus indica et Dovyalis caffra. Ce sont toutes des espèces indigènes et particulièrement résistantes à la sécheresse, adaptées aux familles qui n’auraient pas accès à l’eau pour les entretenir. Alors que certaines espèces germent en quelques semaines, d’autres comme l’Olea africana et le Vitex keniensis peuvent nécessiter jusqu’à neuf mois avant de germer. Il était donc important de mettre les graines en terre bien avant que les activités de reforestation ne démarrent.

     

    Activités sur et autour du campus

    Durant le confinement, l’équipe de Sadhana Forest a pu heureusement poursuivre ses activités usuelles dans le périmètre immédiat de son campus, à savoir de donner des formations en agroforesterie aux communautés voisines et encadrer les familles qui ont déjà reçu quelques arbres et qui souhaitent agrandir leurs forêts alimentaires. De la même manière que le fera l’équipe de reforestation à plus grande échelle dès 2021, l’équipe de terrain présente sur le campus aide ces familles depuis 2014 à mieux gérer leurs terres et produire de la nourriture de manière durable, en plantant des arbres vivriers en parallèle de leurs cultures potagères. Certaines espèces d’arbres, comme la variété africaine Moringa stenopetala, poussent incroyablement vite, et ce même dans ces conditions difficiles, permettant aux familles de récolter et cuisiner les feuilles dans l’année qui suit leur plantation.

     

    Haut de page